[HORS HABBO] Un problème alarmant…

L’écologie est la science qui étudie les milieux et les conditions d’existence des êtres vivants et les rapports qui s’établissent entre eux et leur environnement, ou plus généralement avec la nature. Or depuis des années on constate que la nature se dégrade, on perd des espèces qui nous étaient bénéfique et nous fournissait tellement d’aide. La Terre se porte de plus en plus mal

Parmi les milliards d’espèces en état de faiblesse, un exemple connu, l’abeille, elle nous donne le miel, et contribue à la croissance des fleurs. Malheureusement, les pesticides et produits chimiques continuellement utilisés par les Hommes tuent. La mortalité chez les abeilles est passée de 5% à 30% entre 1995 et 2015, n’est-ce pas alarmant ? Depuis 1980, 70% des fleurs sauvages ont disparu, ces fleurs étaient dépendantes du travail des abeilles !

Il y a 750 espèces animales disparues, 2700 en voie d’extinction, 12 500 menacées d’après faunesauvage.fr. C’est une situation critique qui nécessite une vraie prise de conscience.

Le réchauffement climatique est une réalité que nous vivons tous aujourd’hui. Voyez en France, le mois de février s’est terminé avec des températures allant jusqu’à 20 degrés ! Est-ce normal ?

On en parle mais savez vous ce que cela désigne réellement ?
D’après Wikipédia, c’est l’augmentation de la température moyenne des océans et de l’atmosphère terrestre, mesurée à l’échelle mondiale sur plusieurs décennies, en particulier depuis le début du XXème siècle.

Une des nombreuses victimes de ce réchauffement ? L’ours polaire.

Le plus grand carnivore terrestre, c’est un animal impressionnant, majestueux et admirable, il survit sur la banquise, lieu de chasse de repos et de reproduction. Ce n’est pas un animal que les habitants du pôle considèreraient comme mortel, attaquant habituellement les hommes mais, la surface de la banquise décroît d’environ 13,4% par décennie d’après WWF.fr, alors comment l’ours peut survivre en voyant son espace de vie rétrécir ? Il s’affame, et n’a pas d’autre choix que de se déplacer vers les lieux peuplés par des hommes. Les attaques d’ours polaire normalement faibles, augmente dramatiquement. Mais comment les porter responsable quand l’Homme est responsable de leur propre perte ?

A gauche, un ours polaire en pleine santé. A droite, un ours ravagé par la famine.

Ce sont des nouvelles dramatiques mais c’est la réalité de la situation. Beaucoup disent que c’est trop tard, que peut-on y faire ? La terre se portait très bien avant l’apparition des Hommes et de leur invention. On a amené le progrès certes, mais le but étant de produire plus sans limite, nous avons amené la pollution, le réchauffement climatique, la disparition des espèces animales et végétales. Saurions-nous nous arrêter ou est-ce trop tard ?

Bientôt un article sur les moyens pouvant améliorer nos conditions de vie et des astuces qui pourraient peut-être sauver la Terre si on s’y mettait…

Merci à Gedeon pour la correction

 

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Enter.

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :